André Kertész

KERTESZ André, Autoportrait, Reproduction d'après négatif original, Paris, 1927, © Rmn, Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Paris

KERTESZ André, Autoportrait, Reproduction d’après négatif original, Paris, 1927, © Rmn, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris

On distingue trois périodes successives dans la vie et l’oeuvre d’André Kertész.

Tout d’abord, il naît en Hongrie, à Budapest en 1894. C’est aussi dans ce pays de qu’il va découvrir la photographie amateur de manière instinctive et qui va le passionner. En 1912, il achète son premier appareil photo, un ICA Box. Il réalise surtout des photographies de la vie quotidienne, et de ses proches. Il ne s’intéresse ni à l’actualité ni au pictorialisme en vogue en Hongrie à cette époque. Mobilisé dans l’armée austro-hongroise lors des affrontement avec la Serbie, ensuite, il va photographier avec son nouvel appareil, un ICA Bébé, ses camarades de régiment au front mais aussi à l’arrière lors de sa convalescence. Il privilégie donc comme sujets de ses photographies la vie de ses camarades dans les tranchées plutôt que les combats. Au décès de son père en 1909, André va enchaîner les petits boulots pour aider sa famille et notamment en étant assistant d’un apiculteur. Il va donc être en contact avec la nature et, là encore, prendre de nombreux clichés. Encouragé par sa famille, il quitte la Hongrie pour Paris en espérant réussir à faire de la photographie son métier.

C’est lors de son arrivée à Paris en 1925 que s’ouvre alors la deuxième étape de sa carrière. Il travaille régulièrement pour la presse en alternant les portraits d’artistes et les photo-reportages. Il prend aussi beaucoup en photo ses compatriotes hongrois, eux aussi, exilés à Paris. La première exposition qui lui est dédiée à lieu en 1927. L’année suivante, il est l’un des premiers à faire l’acquisition d’un Leica, un petit appareil photo très maniable qui vient de voir le jour. C’est en1933 qu’il va réaliser sa première série sur les distorsions sur des nus féminins grâce à Carlo rim l’un de ses collaborateurs dans la revue photographique VU. Ces clichés sont résolument novateurs pour l’époque. Il utilise de nombreux points de vues différents dans ses photographies comme des vues plongeantes, des paysages saisis derrière des vitres brisées, des jeux d’ombres, etc … mais aussi des techniques particulières comme les reflets dans les miroirs qui modifient la perception visuelle. La photographie est pour lui un moyen de fixer les émotions. Il dit « L’appareil photo est mon outil. Grâce à lui, je justifie tout ce qui m’entoure. » mais l’appareil photo est pour lui un journal intime qui lui permet de saisir tous les instants qui l’ont marqué au cours de sa vie. Kertész partage avec les avant-gardes l’ambition d’user de la photographie comme d’un art, et non comme d’une simple illustration réaliste.

Suite à une proposition de l’agence Keystone, André Kertész quitte Paris pour New York en 1936.Frustré et en manque d’inspiration, il réalise des photographies mélancoliques de sa fenêtre. Ces photographies sont les symboles d’une liberté perdue mais aussi de la modernité avec les buildings américains. C’est le troisième temps de sa carrière où il est quelque peu oublié mais en 1963, la Bibliothèque Nationale de France organise une exposition en son honneur et le ramène sur le devant de la scène.

Partagé, tout au long de sa vie, entre son amour pour Paris, les visions nostalgiques de son pays natal et sa vie quotidienne à New York, Kertész s’inscrit dans la lignée des photographes du réel. Jusqu’à sa mort, en 1985, Kertész continua d’explorer les différentes possibilités plastiques qu’offraient la photographie et réalisa notamment des Polaroids.

Kertész peut donc être considéré finalement comme un photographe à la fois humaniste mais aussi d’avant-garde qui évolua au fil de l’histoire et de la même manière que les courants artistiques.

Sources :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s