Willy Ronis et la photographie de l’inattendu

AMAR Pierre-Jean, portrait de Willy Ronis, 2002, © Tous droits réservés – Pierre-Jean AMAR et Willy RONIS

Willy Ronis est né à Paris en 1910 d’un père juif ukrainien réfugié à Paris et d’une mère lituanienne et pianiste. Tout d’abord, il se consacre à la musique qu’il apprend avec sa mère puis en 1932, il rentre dans l’atelier photographique de son père déjà malade. A la mort de celui-ci, quatre ans plus tard, il décide de changer de vie et de devenir photographe, reporter et illustrateur indépendant. On lui connaît un goût très prononcé pour le reportage. Il se distingue de Kertész, Brassaï ou encore Cartier-Bresson par l’attention qu’il porte tout particulièrement à « l’harmonie chorale des mouvements de foule et à la joie des fêtes populaires ».

Après la Seconde Guerre mondiale, il rentre dans l’atelier Rapho puis remporte le prix Kodak en 1947 et la Médaille d’or à la Biennale de Venise en 1957.  On dit de Willy Ronis que c’est « l’un des photographes majeurs de cette école française de l’après-guerre qui a su concilier avec talent les valeurs humanistes et les exigences esthétiques du réalisme poétique ». Il aime saisir des instants inattendus. L’exposition qui a eu lieu au Jeu de Paume pour son centenaire met en avant les cinq thèmes qui habitent son oeuvre : la rue avec Paris comme scène principale, le monde du travail, les voyages, les corps nus et les photos prises dans son intimité familiale ou amicale. Il faut aussi noté que c’est l’un des membres du groupe XV tout comme Robert Doisneau ayant pour but de défendre la photographie comme véritable expression artistique.

Il quitte Paris pour le sud de la France en 1972 et se consacre surtout à l’enseignement notamment à l’École des Beaux-Arts d’Avignon puis aux facultés de Lettres d’Aix en Provence et de Sciences de Marseille. C’est dans le sud, qu’il réalisera l’un de ces clichés les plus célèbres « Le Nu Provençal ».

Willy Ronis est aussi un grand skieur et un passionné de montagne, à 82 ans, il va même tenté le parachute et le parapente accompagné de son appareil photo. Il réalise notamment sa fameuse photographie « En parapente à Valmorel » lors de ce dernier exploit. Il décèdera à l’âge de 99 ans en 2009.

De nos jours, son œuvre est exposée dans le monde entier et ses images figurent dans les collections des plus grands musées.

Sources :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s